Un Batchrocket de 175 mm avec 3 bancs aveugles

Plan

Ce poêle a été construit en Novembre 2016. Il s'agissait de construire un poêle pour un espace de 110 m3 (44 m2 au sol et une hauteur moyenne de 2,5 m) en Ardèche méridionale. L'espace à chauffer correspond à une grande pièce dans une maison en pierres non isolée.

Tous les cotés de la pièce ne donnent pas sur l'extérieur donc le coefficient de déperdition a été estimé a G = 1.4 ce qui signifie que le poêle peut maintenir une différence de température de 19°C avec l'extérieur avec deux flambées par jour. Le calcul se vérifie dans la pratique. Pour plus d'informations sur le dimensionnement, reportez-vous à la page sur le dimensionnement des Batchrockets.

Le four maçonné reste chaud pendant toute la saison de chauffe. Juste après la flambée, le four atteint 200-250°C puis la température diminue progressivement jusqu'à la prochaine flambée. On peut ainsi faire cuire différents plats tout au long de la journée.

Fiche technique :

Poêle de masse Batchrocket en 175 mm avec une seconde peau en briques de terre crue. Les portes n'ont pas été peintes se sont culottées avec l'usage.

Le coeur de chauffe de ce poêle de masse est un Batchrocket de 175 mm. Les dimensions du foyer sont 252 x 380 x 500 mm (larg. x haut. x prof.). Le poêle mesure 150 cm de hauteur et la cloche principale a un empattement de 100x100 cm environ. Sous les carreaux et la dalle, 1 m3 de béton avec environ 2 m3 de pierres ont été coulés pour combler le vide sanitaire.

La cheminée est constituée de 7 m de flexible inox de 180 mm de diam. isolé par de la vermiculite en vrac et placé dans des boisseaux de terre cuite.

Plan 3D du poêle de masse :

Le plan 3D permet de mieux comprendre le fonctionnement du poêle. Le plan est organisé par calques qui correspondent aux différents rangs et éléments du poêle. En cochant/décochant chaque calque, on peut afficher analyser complètement le poêle pour pouvoir le reconstruire facilement.

Schéma Sketchup du poêle. La deuxième peau n'apparaît pas sur le schéma.

En enlevant les couches extérieures, on peut avoir une vue du coeur de chauffe. En bas se trouve le foyer où l'on met le bois horizontalement et à l'arrière se trouve la cheminée interne.
Sur l'image de droite, on voit le four et les piliers qui le soutiennent. Le four est situé en haut de la cloche principale, ce qui lui permet d'être "baigné" de gaz chauds. Voir l'article sur les cloches pour plus d'informations à ce sujet. Cinq des six faces du four sont ainsi chauffantes. Il atteint une température maximale d'environ 200-250°C.

À gauche, vue du coeur de chauffe; à droite, vue du coeur de chauffe et du four.

Ajoutons maintenant les briques qui viennent former la cloche principale. Cette cloche empêche les gaz de sortir par le haut du poêle et les force à redescendre au fur et à mesure qu'ils échangent leur chaleur avec les briques. Les deux bancs sont une extension de la cloche principale et ils n'ont qu'une seule ouverture : ce sont des bancs "aveugles".

Vue arrière du poêle. Les briques isolantes et le piliers du four ne sont pas affichés.

On voit maintenant sur l'image de gauche les deux ouvertures qui permettent aux gaz d'aller chauffer les bancs. Ces deux ouvertures sont plus hautes que la sortie des gaz que l'on peut voir sur l'image de droite. Les gaz qui descendent vont ainsi devoir passer dans les bancs avant de pouvoir sortir dans la cheminée.
Les briques blanches que l'on voit sur cette même image sont des briques réfractaires isolantes qui empêchent la chaleur d'aller dans les murs de la pièce. On empêche ainsi un transfert direct de la chaleur vers des endroits que l'on ne souhaite pas chauffer.

À gauche, vue de face du poêle sans les bancs; à droite, vue arrière du poêle avec les briques isolantes.

Le plan, comme le reste des informations sur ce site, est distribué sous une licence open-source. Pour plus de détails sur ce sujet, referez-vous aux informations en bas de page.

Le plan 3D du poêle est disponible sur ce lien : batch175_112016.skp. Il nécessite le logiciel gratuit Sketchup version 2016 ou supérieure, disponible ici.

Remarques et améliorations :

Nos poêles ont beaucoup évolués depuis la construction de celui-ci. Bien qu'il soit complètement fonctionnel, plusieurs améliorations sont envisageables :

  • Pas de double peau. Les mas en pierres sont suffisamment inertiel, pas besoin de rajouter tant d'inertie. Au contraire, un poêle de masse en simple peau a plus de réactivité et ses parois sont plus chaudes, ce qui compense le rayonnement froid des murs.
  • Une arrivée d'air secondaire simplifiée. Les résultats de ces arrivées d'air secondaire en brique sont décevants par rapport à celles en métal.
  • Modification de l'arrivée d'air secondaire. La partie en métal se glisse dans la tranchée dans le bas du foyer.

  • Un foyer en briques pleines plutôt qu'en planelles. Les planelles sont des briques d'une demi épaisseur. Pour plus de résistance aux chocs, mieux vaut des briques pleines avec si possible du poids par dessus pour solidifier le foyer.
  • Un clapet de démarrage. Simplifie l'allumage en intersaison ou dans le cas de cheminées avec un faible tirage.
  • Une cheminée interne cylindrique en laine céramique. Sur ce poêle la cheminée interne est en briques réfractaires assemblées en octogone et isolée par l'extérieur. Le double vortex se crée aisément et les résultats de combustion sont excellents mais cela rajoute beaucoup de travail de découpe et de pose. Voir nos modèles plus récents pour les cheminées internes en laine céramique moulée sous vide.
  • Des fours noirs plutôt que des fours blancs. Les fours noirs permettent d'atteindre des températures beaucoup plus élevées et surtout de voir les flammes jaillir de la cheminée interne. Spectacle garanti.

Concernant la combustion, l'état de la cheminée d'évacuation après une saison de chauffe d'usage témoigne de la qualité de la combustion :

Cheminée d'évacuation après un hiver d'usage. Pas de goudron et un dépôt de suie minime.

Photos :

Diaporama du chantier. Cliquez sur les flèches pour faire défiler les photos.