Les Poêles de masse

Plan

Pourquoi les poêles de masse ?

Le poêle de masse est un moyen de chauffage et de cuisson au bois éprouvé.

Construit dans tous les pays de l'Est européen où le froid intense a obligé l'homme à trouver des stratégies de chauffage efficaces, il est l'incarnation d'une technologie robuste, écologique, adaptée aux hommes et à la portée de l'auto-constructeur moyen.

Ces poêles à bois diffusent une chaleur douce, rayonnante, qui permet de se chauffer confortablement en utilisant très peu de bois.

Le plus souvent construits avec des fours, les poêles de masse sont aussi des formidables moyens de cuisson. Grâce à leur inertie, ils permettent aux fours de rester chauds en permanence tout au long de la saison de chauffe.

Image : Reconstruction d'un poêle de masse datant du 13ème siècle en Bavière. Source : http://furnologia.de/

Image : Poêle de masse "Lehmofen", Autriche, 1940, Erika Groth-Schmachtenberger.
Source : http://digital.bib-bvb.de/

Les premiers poêles de masse sont simplement des espaces maçonnés creux en forme de "cloches" dans lesquels le bois est brûlé. On profite déjà de l'effet inertiel de la masse : des feux vifs aux bons rendements chauffent les parois du poêle qui va tempérer et diffuser doucement cette chaleur dans la maison.

L'évolution des poêles de masse a consisté à séparer les fonctions de combustion du bois et de récupération de la chaleur. On est ainsi parvenu à :

  • une combustion quasi-complète du bois
  • une excellente récupération de la chaleur des fumées
Ainsi, les rendements totaux des poêles de masse sont généralement supérieurs à 80%.

En France, la tradition des poêles de masse n'existe quasiment pas. Les français se chauffant au bois bûche utilisent majoritairement des poêles en fonte, ce qui amène à une consommation de bois et à une pollution importantes.

Nous recueillons souvent des témoignages de gens consommant environ 1 stère de bois bûche par hiver pour 10 m2 habitables. Une stère correspond environ à 500 kg de bois sec, donc une maison de 80 m2 "classique" consommera près de 4 tonnes de bois sec par hiver !

Pour bien mettre en perspective ce chiffre, il faut réaliser qu'en France une forêt de feuillus produit en moyenne 3,2 tonnes de bois brut sec sur écorce, par hectare et par an. Une foret de résineux, 5,4 tonnes. [1]

Comparaisons avec..

.. les poêles en fonte

Par rapport aux poêles de masse, les poêles en fonte ne stockent pas la chaleur : ils n'ont pas d'inertie. C'est-à-dire que leur température diminue immédiatement dès qu'ils s'éteignent. C'est une différence fondamentale qui a plusieurs répercutions :

Premièrement, utiliser un poêle classique à plein régime conduit très souvent à surchauffer la maison. En effet, les poêles à bois sont dimensionnés pour les jours les plus froids afin que l'utilisateur survive dans ces températures extrêmes. Ceci force les gens à utiliser les poêles en sous-régime le reste de la saison de chauffe. On diminue donc l'arrivée d'air pour ralentir la combustion, ce qui diminue drastiquement le rendement du poêle. L'association de consommateurs "UFC-Que Choisir" prévient les utilisateurs dans son article sur les poêles à bois :

"Pour un rendement correct, le poêle à bûches doit fonctionner à plein régime. Il ne faut jamais fermer les arrivées d’air pour qu’il chauffe moins, car ses performances se dégradent dès qu’il fonctionne au ralenti : son rendement chute, il consomme plus, il s’encrasse, le conduit d’évacuation des fumées aussi, et la pollution augmente. Les rendements indiqués sur les appareils valent d’ailleurs pour un fonctionnement à pleine puissance, pas à marche réduite." [2]

Deuxièmement, pour éviter de devoir se réveiller la nuit pour rallumer le feu, les utilisateurs ont tendance à diminuer l'arrivée d'air au minimum pour que le feu se prolonge tout au long de la nuit. C'est une technique pour compenser le manque d'inertie de ces poêles. Malheureusement, dans ces conditions les rendements sont très bas, la pollution importante.

Au passage, on remarque que les rendements affichés par les vendeurs valent pour "un fonctionnement à pleine puissance", or ceci ne correspond pas à l'usage qui en est fait pour les raisons citées plus haut. Donc les rendements et la pollution affichés ne correspondent pas aux rendements dans des conditions réelles.

Photo d'un poêle en fonte classique.

Un poêle en fonte dans son environnement naturel : le sauna.


Vous l'aurez compris, les poêles en fonte sont adaptés aux endroits où l'on a besoin d'un chauffage ponctuel, rapide, puissant mais sans inertie.

Par exemple, ils ont toute leur place dans un atelier ou dans un sauna.

.. les poêles à granulés

Premièrement, les rendements annoncés par les vendeurs sont discutables. L'association "UFC-Que Choisir" a testé plusieurs poêles à granulés et en a tiré les conclusions suivantes :

"L’avis de « Que Choisir » sur le label Flamme verte : Sur le papier, rien à redire. Mais dans les faits, ce label Flamme verte n’offre aucune garantie. Nous avions déjà été très critiques en 2009 lors de notre précédent test de poêles à granulés. L’ADEME avait alors renforcé les contrôles, avec des appareils prélevés au hasard et testés en laboratoire. Ça n’a pas suffi. Sur les 10 poêles qui portent ce label dans notre nouveau test, 9 ne le méritent pas. Les nouvelles classes de performance 6 et 7 étoiles ne présentent donc aucun intérêt, les appareils qui les affichent ayant un rendement inférieur au minimum requis. Ce label n’est pas fiable, inutile de le prendre en compte à l’achat."" [3]

Deuxièmement, les rendements annoncés ne tiennent pas compte de l'énergie nécessaire à la fabrication des granulés.. si elle était prise en compte, les rendements chuteraient d'environ 30%. Des scientifiques polonais l'ont estimée dans le cas où les granulés sont produit à partir de bois non recyclé :

"La consommation d'électricité durant les opérations de production de granulés à partir de bois de plantation, pour 1000 kg de bois en sortie de séchage, peut être calculée comme suit : déchiquetage approx. 40 kWh, broyage approx. 20 kWh, granulation approx. 80 kWh, soit au total approx. 140 kWh (Wach and Kołacz 2003, Pasyniuk 2004). En supposant que le rendement de la production électrique est égal à 20%, l'énergie consommée est égale à 700 kWh. En admettant que le matériau brut est séché à partir d'une humidité de 90 % (par rapport au poids sec) pour arriver à 12 % d'humidité finale, le séchoir doit évaporer 780 kg d'eau par tonne de bois sec et consommer 750 kWh d'énergie." [4]

La production de 1 kg de bois granulé consomme donc 1,45 kWh sans compter le transport. L'énergie extractible par combustion d'un kilogramme de bois à 12% d'humidité est égale à 4.6 kWh. Si on considère que le poêle à granulé a un rendement égal à 85%, on arrive à 3,91 kWh d'énergie. Le rendement "généralisé" d'un poêle à granulé, en considérant l'énergie dépensée pour fabriquer les granulés à partir de bois non recyclé, est donc égal à 53 %.

Poêle à granulés. Auteur : Jeanhup, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=32687803

Troisièmement, les poêles à granulés sont quasiment toutes des machines électroniques. Malheureusement, il fait nécessairement chaud dans un poêle et la durée de vie des composants électroniques décroît avec la température. Donc qu'en est-il de la durabilité de ces poêles ?
D'autre part, ils ont besoin d'électricité et de granulés pour fonctionner. Dans ces conditions, comment se chauffer si l'électricité ou les granulés deviennent plus chers ou viennent à manquer.. ?

Références

  1. Calcul réalisé avec les informations de : Résultats d'inventaire forestier, © IGN 2016. http://inventaire-forestier.ign.fr/ocre-gp/docs/methodologie.pdf et Memento FCBA 2015. http://www.fcba.fr/sites/default/files/files/BDmementooctobre%202015.pdf
  2. Association UFC-Que Choisir. Guide d'achat des poêles à bois. http://www.quechoisir.org/equipement-de-la-maison/amenagement-chauffage/materiel-de-chauffage/guide-d-achat-poele-a-bois-les-criteres-pour-choisir-un-poele-a-bois.
  3. Association UFC-Que Choisir. Guide d'achat des poêles à granulés. https://www.quechoisir.org/guide-d-achat-poeles-a-granules-n2711/.
  4. ENERGY CONSUMPTION IN WOOD PELLETS PRODUCTION, Jerzy Świgoń, Jaroslav Longauer, 2005. https://www.lippel.com.br/dados/download/16-07-2014-15-01Energy-consumption-in-wood-pellets-production.pdf.